Méthodologie

 

Rendre compte des inégalités économiques au sommet de l’échelle… mais également en bas

Au cours des dernières décennies, l’augmentation des inégalités économiques a été notamment causée par une croissance des revenus et des patrimoines accumulés au sommet de la distribution. Les enquêtes réalisées auprès des ménages – les sources de données habituellement utilisées pour analyser les inégalités – ne permettent malheureusement pas de bien rendre compte de cette évolution. Ces enquêtes apportent certes des informations utiles dans de nombreux pays, mais elles ne fournissent pas de renseignements suffisamment précis sur les niveaux de revenus et de richesses des individus les plus fortunés, et faussent par conséquent la vision d’ensemble.

WID.world se présente comme une solution afin de remédier à ces insuffisances, et ce par la combinaison de différentes sources de données : comptes nationaux, données issues d’enquêtes, données fiscales portant sur les revenus et les patrimoines, classements de fortunes. De cette manière, il est possible de suivre avec davantage de précision l’évolution de l’ensemble de la répartition des revenus et des patrimoines, du bas de l’échelle jusqu’en haut. L’innovation principale de WID.world consiste à utiliser ces données de manière systématique, ce qui permet d’établir des comparaisons entre les pays et sur des périodes relativement longues.

Dépasser le PIB : les comptes nationaux distributifs

Il n’est pas simple de comparer les concepts de revenu et de richesse à travers différents pays et sur différentes périodes. Le concept de produit intérieur brut (PIB), habituellement utilisé pour comparer les indicateurs de bien-être économique entre différents pays, n’est pas satisfaisant. Nous lui préférons le concept de revenu national (aussi appelé produit national net), soit le PIB moins la consommation de capital fixe (dépréciation du capital) plus les revenus nets perçus à l’étranger.

Le revenu national est un concept d’une plus grande pertinence, dans la mesure où il prend en compte la dépréciation du stock de capital (y compris, en principe, le capital naturel), qui ne constitue un revenu pour personne, ainsi que la part de production intérieure transférée vers des détenteurs de capitaux étrangers (y compris, en principe, les capitaux offshore). Par exemple, un pays disposant d’un PIB élevé mais caractérisé par une dépréciation du capital et des flux vers l’étranger importants possèdera peu de revenus à distribuer à ses résidents et à ses citoyens. Le concept de revenu national permet de rendre compte de cet aspect.

Surtout, le problème central du produit intérieur brut (total ou par habitant) est qu’il s’intéresse uniquement aux agrégats et aux moyennes : il ne nous fournit aucune information permettant de décrire comment les différents groupes sociaux profitent – ou non – de la croissance économique.

L’objectif du projet WID.world est de développer une méthodologie se fondant sur la notion de Comptes Nationaux Distributifs (Distributional National Accounts, DINA). Son principal objectif est de décrire l’évolution de la répartition des revenus et des patrimoines au niveau annuel : il s’agit donc d’observer l’évolution, sur la durée et selon le pays, des différents centiles de la répartition, du plus faible au plus élevé, en utilisant des concepts de revenu et de richesse pertinents au niveau socio-économique et susceptibles d’être comparés entre différents pays, de façon cohérente avec les comptes macro-économiques.

Clarifier ce que nous savons et ce que nous ignorons

Nous sommes parfaitement conscients du fait que notre capacité à mesurer l’évolution des inégalités en matière de revenus et de richesses est et sera toujours limitée et balbutiante. Notre objectif, à travers WID.world, n’est pas de prétendre posséder des séries de données parfaites, mais plutôt d’exposer aussi clairement que possible ce que nous savons et ce que nous ignorons. Nous cherchons à associer et à harmoniser de manière systématique les différentes sources de données qui sont à notre disposition : les comptes nationaux, les données fiscales, les enquêtes sur les revenus et sur le patrimoine des ménages (lorsque celles-ci existent), le classement des plus grandes fortunes.

Ces sources de données ne sont pas suffisantes prises séparément, pas plus que la méthodologie qui y est associée. Néanmoins, nous estimons qu’en combinant ces sources de données de la manière la plus transparente qui soit, nous pouvons contribuer à instaurer un débat public mieux informé.

Promouvoir la transparence économique et financière

Nous avons également pour objectif de mettre la pression sur les gouvernements et les organisations internationales de façon à les conduire publier un plus grand volume de données brutes relatives aux revenus et aux patrimoines. Nous estimons que le manque de transparence en matière d’inégalité des revenus et de richesses constitue un défi majeur auquel il est nécessaire de remédier si nous voulons que le débat démocratique au sein de notre économie globalisée se déroule dans un climat serein.

Plus particulièrement, il est crucial que les gouvernements permettent le libre accès à des statistiques fiscales fiables et détaillées, ce qui implique également la mise en œuvre d’un système efficace d’enregistrement des revenus, des richesses et des transmissions de patrimoine. Tant que cette condition ne sera pas remplie, il sera difficile d’instaurer un débat démocratique informé portant sur l’évolution des inégalités et les actions à mener pour y remédier.

Ces dernières années, nous avons pu avoir davantage accès aux données fiscales relatives aux revenus et aux richesses dans un certain nombre de pays d’Asie, d’Amérique Latine, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord – notamment en Chine, au Brésil, au Mexico, en Inde, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud. Mais cela est encore insuffisant : nous espérons ainsi pouvoir fournir à l’avenir des séries plus approfondies.

Ce dont nous disposons et ce qui manque à WID.world (Janvier 2017)

Il nous faut préciser d’emblée que l’objectif de WID.world à long terme – soit la production de Comptes Nationaux Distributifs (DINA) permettant de décrire intégralement la répartition des revenus et des richesses, du bas de l’échelle vers le haut, en utilisant des concepts cohérents dans le cadre des comptes nationaux au niveau macroéconomique – sera mis en place étape par étape. L’histoire de notre base de données a débuté en 2011. Elle se concentrait alors sur des séries relatives à la répartition des revenus, et s’est ensuite élargie en 2015 à travers l’intégration de séries macroéconomiques portant sur la structure du capital national et du revenu national.

Aujourd’hui, la base de données incorpore des séries DINA relativement détaillées concernant la répartition des revenus et des patrimoines aux États-Unis et en France. Des séries similaires seront bientôt diffusées pour la Chine, la Grande-Bretagne et d’autres pays. Pour la majorité des autres pays, la base de données se concentre encore sur les séries portant sur la part des hauts revenus (pour 30 pays) et sur des séries relatives à la structure du capital national et du revenu national (pour environ 20 pays). Pour plus de 190 pays, nous proposons uniquement à ce stade des séries relatives au revenu national. Les données pour ces pays relatives à la répartition des revenus et des patrimoines seront progressivement ajoutées à la base de données.

Les utilisateurs intéressés par le sujet trouveront davantage d’informations dans la bibliothèque WID.world ci-dessous. Cette bibliothèque contient un grand nombre d’articles techniques et de documents de méthodologie spécifiques à un pays : ils contiennent des informations détaillées concernant les méthodes, les concepts et les sources de données utilisées par WID.world.

BIBLIOTHEQUE
Recherchez par pays
Argentine
Australie
Canada
Chine
Colombie
Côte d’Ivoire
République tchèque
Danemark
Finlande
France
Allemagne
Ghana
Grèce
Inde
Indonésie
Irlande
Italie
Japon
Kenya
Corée du Sud
Malawi
Malaisie
Maurice
Pays-Bas
Nouvelle-Zélande
Nigéria
Norvège
Portugal
Seychelles
Singapour
Afrique du Sud
Espagne
Suède
Suisse
Taïwan
Tanzanie
Ouganda
Royaume-Uni
Uruguay
États-Unis
Zambie
Zanzibar
Zimbabwe
Document de travail WID.world
Notes techniques WID.world
Articles & Livres
Données Brutes





Glossaire